Le parrainage baptismal communautaire

Anais P1

Dans mon article intitulé « Rêver une communauté super accueillante« , je mentionnais la possibilité d’accompagner les familles qui demandent le baptême pour leur enfant.  Afin de rendre cela possible, regardons où nous en sommes et où nous aimerions aller.

Où nous en sommes

Depuis de nombreuses années, les baptêmes sont célébrés généralement le dimanche après-midi.  Les familles se rassemblent pour la cérémonie, mais aucun membre de la communauté chrétienne régulière n’y est présent. Les familles ont préparé la célébration en rencontrant une ou deux personnes « responsables de la préparation au baptême ». Après le baptême, la vie poursuit son cours. Au mieux, la communauté a été informée du nom des nouveaux baptisés par le feuillet paroissial. Mais aucun lien réel n’a été créé entre les familles qui demandent le baptême et la communauté régulière.  Pourtant, le baptême est la porte d’entrée dans une communauté d’Église.

Où nous voulons aller

Dans une « communauté super accueillante », nous nous assurons que les familles qui demandent le baptême soient effectivement accueillies par la communauté.  Dès le premier appel, pendant la préparation, pendant la célébration et au-delà de la célébration, nous voulons manifester cet accueil. Et notre souhait est de faire en sorte que, par le baptême, cette personne et cette famille soient réellement accueillies et intégrées dans la vie de la communauté chrétienne paroissiale.

Comment y parvenir ?

La question nous concerne tous.  Des essais ont été faits dans le passé. Nous pouvons nous appuyer sur ces expériences diverses.  Le pas de plus que je vous propose est celui-ci : est-il pensable que, chaque fois qu’une famille demande le baptême pour en enfant, cette famille est tout de suite « prise en charge » par une personne, un couple ou une famille de la communauté chrétienne, sous forme d’un « parrainage communautaire ». Le « parrain communautaire » s’engage à accompagner cette famille dans la foi pour une période minimale de un an.

Les modalités restent à découvrir. Mais cela permet à la fois à la communauté de manifester son accueil et d’apprendre à se faire proche des nouvelles familles et de cette nouvelle génération chrétienne en train de se former.

Qu’en pensez-vous ?  Qui veut y participer ?

5 réponses

  1. Je me porte volontaire!
    C’est un pas important et nécessaire pour dynamiser notre communauté chrétienne et AUSSI notre foi en étant de véritables témoins.

  2. Audrée et moi nous portons volontaires également! Le fait que nous habitions la Maison de la Foi nous permet d’avoir un espace adéquat pour accueillir ces familles : jouets et amis pour les plus petits, espace de rencontre pour les plus grands. Nous pourrions faire un repas par mois avec cette famille. Éventuellement, nous pourrions nous rencontrer avec d’autres familles et leurs parrains pour une communion élargie?

  3. Je me joint volontiers a ce beau projet et suis bien de votre avis que nous ne devons pas les abandonner après la belle démarche que les familles font pour que leurs enfants reçoivent l’Esprit saint par le Baptême ,
    Après ca devient plus compliqué avec les Aléas de la vie et un peu de soutien les aiderait certainement, Mais il faut trouvé une façon ??
    une rencontre a ce sujet s’impose , prévenez moi et j’y serai

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Partager cet article

Lisez aussi

Fraternité
Nicolas Tremblay

Groupe de prière pour la paix

Je partage avec vous aujourd’hui quelques mots à propos de la belle expérience d’un groupe de prière pour la paix qui se vit chez nous.

Lire »