7. Vers une spiritualité de l’Alliance Nouvelle

Vers une spiritualité de l'Alliance Nouvelle

Parler d’une respiration de l’âme, c’est parler d’un souffle, d’un esprit qui anime le coeur et l’âme. J’aimerais aujourd’hui commencer à nous introduire à cet esprit qu’on appelle: « Spiritualité de l’Alliance Nouvelle ».

Deux passages bibliques

Nous avons commencé à introduire ce que nous avons appelé « la respiration de l’âme ».  Parler de respiration, c’est parler de souffle, d’un souffle de vie. De même qu’il y a un souffle dans la respiration du corps, de même il y a un souffle dans la respiration de l’âme. Je vous rappelle deux passages bibliques pour nous aider à faire le lien entre le souffle du corps et le souffle de l’âme.

Genèse 2

Premier passage qu’on trouve au livre de la Genèse, chapitre 2. Vous vous souvenez. Il est dit que Dieu pétrit l’homme avec de la terre puis, « il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. » (Gn 2, 7).  De quoi s’agit-il ? Est-ce que Dieu est en train de faire du bouche à bouche avec l’être humain ? D’une certaine manière, oui.  Mais, en même temps, nous sommes mis devant une question : comment Dieu, qui est un être purement spirituel (« Dieu est Esprit » nous dit l’Évangile de Jean), comment cet être spirituel peut-il insuffler le souffle de vie dans un être de chair, un être matériel ?  Nous ne répondrons pas à cette question aujourd’hui. Mais je veux juste que nous soyons attentifs à cette réalité d’un lien, d’une alliance entre l’être de chair et l’être spirituel.

Ézéchiel 37

Le second passage se trouve au livre du prophète Ezéchiel, au chapitre 37.  Le prophète voit une vallée pleine d’ossements humains complètement desséchés. Et là, le Seigneur lui dit : « Prophétise sur ces ossements ». Parle à ces ossements pour qu’ils reprennent vie. Le prophète parle aux ossements, et là ils se rapprochent les uns des autres, ils reforment des squelettes, ils se couvrent de chair, puis de nerfs, puis de peau.  Et là le texte se poursuit comme ceci :

Mais il n’y avait pas d’esprit en eux. Le Seigneur me dit alors : « Adresse une prophétie à l’esprit, prophétise, fils d’homme. Dis à l’esprit : Ainsi parle le Seigneur Dieu : Viens des quatre vents, esprit ! Souffle sur ces morts, et qu’ils vivent ! » Je prophétisai, comme il m’en avait donné l’ordre, et l’esprit entra en eux ; ils revinrent à la vie, et ils se dressèrent sur leurs pieds : c’était une armée immense ! (Ez 37, 8-10)

Vous voyez encore ce lien entre le souffle de vie et l’esprit, entre le souffle matériel et le souffle spirituel. C’est en même temps la respiration physique, pour être vivant et, en même temps, plus que cela.  Quand je vous parle de la « respiration de l’âme », ce n’est pas seulement une image, une comparaison. C’est une réalité. Il y a réellement une respiration de l’âme, un souffle, un esprit.  On se rapproche de ce que nous appelons l’Esprit de Dieu, et à quelque part, l’Esprit Saint, l’Esprit de sainteté.

Vers une spiritualité de l’Alliance nouvelle

Pour faire un pas de plus, j’aimerais commencer à vous introduire à ce que nous appelons la « spiritualité de l’Alliance Nouvelle ». Spiritualité, i.e. un esprit. Alliance, lien d’amour, entre nous, mais aussi entre Dieu et nous. Nouvelle, donc qui fait référence à un passage : de ce qui est ancien à ce qui est nouveau, passage qui ne sera jamais accompli une fois pour toute. Nous allons sans cesse vers ce qui est nouveau.

Forcément, une référence à l’ancienne alliance

Parler d’alliance nouvelle, c’est faire référence à une alliance ancienne. Dans la Bible, il y a plusieurs alliances. Mais, pour faire une histoire courte, l’alliance ancienne se réfère principalement à l’alliance que Dieu va sceller avec son peuple, sur le mont Sinaï, dans la personne de Moïse. Vous vous souvenez. Dieu libère le peuple hébreu de l’esclavage d’Égypte. Puis, il les amène au mont Sinaï. Et là, Moïse monte sur la montagne pour parler avec Dieu.

La Loi et les sacrifices

Premièrement, les tables de la loi, les 10 commandements. C’est un code de vie moral, à respecter. Deuxièmement, il lui indique aussi un certain nombre de rituels à accomplir, principalement pour obtenir le pardon des péchés. Ce seront les fameux sacrifices et holocaustes, des sacrifices de taureaux ou d’agneaux, ou d’autres choses, pour le pardon des péchés. C’est très beau. C’est comme si, en donnant les 10 commandements Dieu sait, à l’avance, que le peuple ne sera pas en mesure de les respecter pleinement. Et donc, déjà, il leur dit comment faire pour obtenir le pardon.

Cela nous renvoie à l’image spontanée que nous avons tous de la religion. Pour les gens, spontanément, parler de religion, c’est parler d’une part d’un certain nombre d’exigences morales. La religion permet ou ne permet pas telle ou telle chose. Et d’autre part, parler de religion, c’est parler d’un certain nombre de rituels. Dans la religion catholique, il y a des prières, il y a la messe, il y a le baptême et les autres sacrements, etc. Donc, vous voyez, la morale et les rites. Mais, en réalité, lorsque nous disons cela, nous risquons d’avoir un regard purement extérieur et de demeurer dans l’alliance ancienne, dans l’esprit de l’alliance ancienne. C’est ce que va vivre le peuple Juif tout au long de l’Ancien Testament.

Vers une alliance nouvelle

Tout l’AT raconte comment le peuple Juif, le peuple de Dieu, le peuple choisi par Dieu, formé par Dieu, guidé par Dieu, n’arrive pas à vivre en fidélité aux commandements de Dieu. Et, comment, même en offrant les sacrifices prescrits par la loi de Dieu pour le pardon des péchés, ils tournent en rond. On fait le mal, on offre des sacrifices pour les péchés, et on recommence à faire le mal et il n’y a rien qui change. On n’en sort jamais.

Alors, que va-t-il se passer ? Les prophètes vont commencer à annoncer une alliance nouvelle. Tous les prophètes vont annoncer une alliance nouvelle. Je vous propose aujourd’hui la version de Jérémie, que j’aime beaucoup. Au chapitre 31, verset 31 et suivants.

Voici venir des jours – oracle du Seigneur –, où je conclurai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une alliance nouvelle. Ce ne sera pas comme l’Alliance que j’ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte : mon alliance, c’est eux qui l’ont rompue, alors que moi, j’étais leur maître – oracle du Seigneur.  Mais voici quelle sera l’Alliance que je conclurai avec la maison d’Israël quand ces jours-là seront passés – oracle du Seigneur. Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ; je l’inscrirai sur leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Ils n’auront plus à instruire chacun son compagnon, ni chacun son frère en disant : « Apprends à connaître le Seigneur ! » Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands – oracle du Seigneur. Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés. (Jr 31, 31-34)

Deux nouveautés

Vous voyez déjà au moins deux éléments très importants de cette alliance nouvelle, et donc de la spiritualité de l’Alliance Nouvelle. Premièrement, les commandements ne seront plus gravés sur des tables de pierre, comme au mont Sinaï, mais sur le cœur. Et, deuxièmement, la manière de vivre le pardon sera complètement transformée. Vous vous souvenez : sur le mont Sinaï, Dieu avait donné la loi en la gravant sur des tables de pierre, et il avait donné des rituels pour obtenir le pardon, qui étaient des sacrifices d’animaux. Les deux choses les plus importantes dans la religion juive, les deux choses les plus importantes que Dieu avait donné à son Peuple sur le mont Sinaï, ces deux choses-là vont être complètement transformées. Mais cette transformation ne sera pas un changement, mais un accomplissement.  Ce ne sera pas autre chose mais ce sera la révélation de ce que Dieu avait commencé à enseigner à son peuple. Comme si j’avais dans une main des grains de blés, et dans l’autre des épis de blé. En apparence, ce sont deux choses complètement différentes mais, en réalité, les épis ne sont que l’accomplissement de ce qui est contenu en germe dans les grains.

Et cet accomplissement va s’accomplir, évidemment, dans la personne de Jésus.  C’est ce que nous verrons dans le prochain entretien. Mais d’ici là, je vous invite à regarder votre propre vie. Et à vous demander :

  1. Quand, dans ma vie, est-ce que j’ai eu à passer d’une fidélité extérieure à une fidélité intérieure. De l’obéissance à un principe, ou d’une loi que je connaissais, que j’avais appris, à une manière nouvelle, plus personnelle, plus intérieure de comprendre et de vivre ce principe ?
  2. De quelle manière ai-je eu l’occasion de vivre le pardon dans ma vie ? Pardon envers une autre personne, envers moi-même, envers Dieu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Partager cet article

Lisez aussi