1. Une pédagogie de la sainteté

Le temps est venu de partager avec vous mon héritage spirituel. Ce seront quelques éléments d'une pédagogie de la sainteté.

Le temps est venu pour moi de commencer à partager avec vous mon héritage spirituel personnel. Je le fais très librement, comme un témoignage de ce que je crois, de ma manière de voir et de vivre la croissance spirituelle. Ma présentation n’a aucune prétention théologique. Le premier thème que je voudrais aborder est celui de la pédagogie de la sainteté.

L’appel à la sainteté

Comme vous le savez, j’ai été ordonné prêtre en l’an 2000. Je suis donc un « prêtre de l’an 2000 ». Pour nous, comme chrétiens, l’an 2000 a été célébré avec ferveur en tant qu’année jubilaire, en tant que « Grand Jubilé de l’an 2000 » où nous avons fait mémoire et rendu grâce pour les 2000 ans depuis la naissance de Jésus. Nous avons préparé et célébré ce grand jubilé sous la conduite du pape saint Jean-Paul ll. Et à la fin de l’année jubilaire, celui-ci a publié un texte assez bref, mais très important intitulé : « L’entrée dans un nouveau millénaire ». Pour moi, en tant que prêtre de l’an 2000, ce texte fait office de programme pastoral permanent. J’imagine qu’il en fut ainsi pour les prêtres formés et ordonnés dans les années du Concile Vatican II.

Saint Jean-Paul II lance un vibrant appel à la sainteté dans son exhortation apostolique Novo Millenio Nuente
Le pape Jean-Paul II, lors de sa visite à l’oratoire Saint-Joseph de Montréal, en 1984. Source image: saint-joseph.org

Les balises incontournables de tout plan pastoral

Dans ce texte, au chapitre 3 intitulé « Repartir du Christ », Jean-Paul ll présente les balises générales dont devrait tenir compte tout plan pastoral. Et le premier point, comme je vous l’ai répété souvent, concerne la sainteté. Voici quelques extraits des numéros 30 et 31 (que je vous invite, par ailleurs, à lire intégralement) :

Et tout d’abord je n’hésite pas à dire que la perspective dans laquelle doit se placer tout le cheminement pastoral est celle de la sainteté.  […] Il faut alors redécouvrir, dans toute sa valeur de programme, le chapitre V de la constitution dogmatique sur l’Église Lumen gentium, consacré à l’appel universel à la sainteté. […] «La volonté de Dieu [nous dit saint Paul] c’est que vous viviez dans la sainteté» (1 Th 4,3). […] Placer la programmation pastorale sous le signe de la sainteté est un choix lourd de conséquences. Cela signifie exprimer la conviction que, si le Baptême fait vraiment entrer dans la sainteté de Dieu au moyen de l’insertion dans le Christ et de l’inhabitation de son Esprit, ce serait un contresens que de se contenter d’une vie médiocre, vécue sous le signe d’une éthique minimaliste et d’une religiosité superficielle.  Demander à un catéchumène : « Veux-tu recevoir le Baptême? » signifie lui demander en même temps : « Veux-tu devenir saint? » […] Les voies de la sainteté sont multiples et adaptées à la vocation de chacun. Il est temps de proposer de nouveau à tous, avec conviction, ce « haut degré » de la vie chrétienne ordinaire : toute la vie de la communauté ecclésiale et des familles chrétiennes doit mener dans cette direction.  Il est toutefois évident que les parcours de la sainteté sont personnels, et qu’ils exigent une vraie pédagogie de la sainteté qui soit capable de s’adapter aux rythmes des personnes.

Mon objectif, en vous partageant mon héritage spirituel personnel est de vous offrir des éléments d’une pédagogie de la sainteté. Avant de nous y aventurer, essayons de définir un peu en quoi consiste la sainteté.

Qu’est-ce que la sainteté?

Quand on pense à la sainteté, on pense spontanément à une certaine perfection.  Il y a, dans la sainteté, comme un accomplissement. Mais il ne faut pas se tromper de perfection.

Déjà dans l’Ancien Testament, le Seigneur proposait à son peuple un projet de sainteté. Il disait : « Soyez saint car moi, le Seigneur, je suis saint » (Lv 19, 2). Ce verset accompagne une série de prescriptions qui explicitent la loi morale.

Par exemple :

  • Chacun de vous respectera sa mère et son père, et observera mes sabbats. Je suis le Seigneur votre Dieu (Lv 19, 3).
  • Ne vous tournez pas vers les idoles, ne vous faites pas des dieux en métal fondu. Je suis le Seigneur votre Dieu (Lv 19, 4)
  • Vous ne volerez pas, vous ne mentirez pas, vous ne tromperez aucun de vos compatriotes (Lv 19, 11).
  • Vous ne ferez pas de faux serments par mon nom : tu profanerais le nom de ton Dieu. Je suis le Seigneur (Lv 19, 12).

Il y a donc, dans la sainteté tout d’abord, une certaine perfection morale.

Dans l’Évangile, Jésus va reprendre cette citation du Lévitique. Mais les évangiles vont la rapporter de manière différente.  L’évangile de Matthieu dira : « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 48).  Tandis que l’évangile de Luc dira plutôt, dans un contexte différent : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Lc 6, 36).

Mais une chose unit ces 3 citations différentes, c’est l’invitation à retrouver la ressemblance divine. Cela est exprimé par la conjonction de coordination « comme ».

Comme une ressemblance avec Jésus

Ainsi, la sainteté peut être définie comme étant une ressemblance avec Dieu. Cela est très important. Cela nous sort de catégories pré-définies. Il ne s’agit pas tant d’acquérir telle ou telle vertu morale, il s’agit de ressembler à Dieu, de retrouver, en quelque sorte, la ressemblance divine selon laquelle l’être humain a été créé à l’origine.

la sainte facePour nous, la ressemblance divine a un visage très précis puisque Dieu s’est révélé à nous, il a manifesté son visage dans la personne de Jésus de Nazareth. Dans l’humanité de Jésus, nous contemplons en perfection la ressemblance divine, donc tout à la fois la sainteté de Dieu et la sainteté de l’être humain.

Et nous sommes amenés à définir la sainteté selon une nouvelle ressemblance. Ce sera celle que Jésus va exprimer à la fin de l’Évangile, dans son discours d’adieu : « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 13, 34).

Et c’est dans la ligne de cette nouvelle ressemblance que le pape François définira la sainteté dans son exhortation « Gaudete et exsultate ». Je vous partage ici quelques extraits des no 19 à 24 intitulés « Ta mission dans le Christ ». Encore une fois, je vous invite à lire intégralement ces quelques paragraphes.

Questions

  1. Jean-Paul II nous invite à une pédagogie de la sainteté. En faisant une relecture de ta vie, quels sont les éléments qui ont fait partie de ta propre pédagogie de la sainteté? Quels sont les moyens qui t’ont aidé à te sanctifier?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Partager cet article

Lisez aussi