Financement ou dépouillement?

billets qui tombent du ciel

En commençant ce « mot du curé », je pensais écrire sur le 4e discernement communautaire annoncé en mars 2020 : « La révision des modes de financement ». Mais au même moment, je terminais la lecture de la vie de saint François d’Assise. Comme vous le savez, François a fait le choix résolu d’épouser dame pauvreté. Alors, je me suis poser la question à savoir ce qui était le plus important :

La révision des modes de financement ?

Ou bien

La révision des modes de dépouillement ?

Investir

L’an dernier, j’ai reçu un document intitulé : « Réflexion du Bureau de direction des économes sur les répercussions de la pandémie de la Covid-19 sur notre Église au Québec ». Cette réflexion concerne beaucoup l’avenir de nos bâtiments-églises et développe l’affirmation classique suivante : « Se départir des églises excédentaires […] permettra de libérer d’importantes ressources financières qui pourront être investies dans la mission d‘évangélisation ».  Il s’agit évidemment d’une affirmation complètement fausse qui continue de déployer trois illusions ayant la vie dure :

  1. Que la vente d’église libère d’importantes ressources financières
  2. Que ces ressources seront investies en évangélisation
  3. Que l’Église évangéliserait davantage si elle avait plus d’argent.

 

Je vous mets au défi de trouver un seul endroit où la vente d’église à libérer des ressources financières importantes qui ont été investies dans l’évangélisation…

Se dépouiller

La vérité est peut-être ailleurs. Dans l’Évangile, lorsque Jésus appelle ses disciples, on trouve cette affirmation importante : « Alors, laissant tout, ils le suivirent ». Si François d’Assise a attiré tant de gens à sa suite, ce n’est pas à cause de ses richesses, mais plutôt de son choix radical de la pauvreté évangélique. Et il m’apparaît clair que, aujourd’hui comme hier, nous devons, comme croyants et comme Église, nous demander réellement : de quoi devons-nous nous dépouiller afin d’être plus en mesure d’annoncer l’Évangile au monde d’aujourd’hui.

Oui, je crois qu’il faudrait réellement ajouter un nouveau discernement communautaire concernant « la révision des modes de dépouillement ».

Je vous aime et vous bénis, ainsi que vos familles.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Partager cet article

Lisez aussi